16 avril 2018

Contribution du Conseil de développement de Rennes Métropole sur la partie réglementaire du PLUi

Mercredi 11 avril dernier, Christian Desbois, copilote du projet, et Xavier Prigent, membre du groupe de travail, ont présenté en commission « Aménagement habitat » de Rennes Métropole les travaux du Conseil de développement sur la partie réglementaire du PLUi, au travers de l’élaboration des Orientation d’Aménagement et de Programmation (OAP) thématiques.

Les messages principaux de la contribution PLUi du Codev sur la partie réglementaire :

L’appropriation du PLUi en question

Le PLUi est un document très lourd et difficilement appropriable par les citoyens  : le projet de PLUi comportera 5 tomes. Le Codev alerte Rennes Métropole sur la nécessité de le rendre plus accessible en travaillant sur un document de communication plus pédagogique, pouvant s’inspirer de ce que la métropole fait déjà à l’intention des élus, sur les ambiances urbaines par exemple.

Vers de l’urbanisme de projet

Comme permis par la loi (Décret n°2015-1783 du 28 décembre 2015), le Conseil de développement prône une utilisation plus soutenue des outils d’urbanisme de projet, notamment dans la conception même du règlement.

Conscients que l’élaboration actuelle du PLUi est trop avancée, les membres du Codev espèrent un règlement plus qualitatif dans une future version du PLUi. Cela permettra d’alléger les documents réglementaires, de rendre plus souple le PLUi, et de mieux s’adapter à la temporalité longue du document.

Dans la même logique, le Codev préconise d’aller à l’avenir vers des OAP plus ciblées et la conception d’un plan local d’urbanisme plus intégré (dimensions communales / intercommunale, documents stratégiques fusionnés comme un  PLUi-H par exemple).

Concernant les OAP thématiques

– Intégrer une dimension temporelle aux cartes : notamment pour la spatialisation de la végétation verticale

– Travailler avec les territoires voisins : les corridors écologiques ne s’arrêtent pas aux frontières administratives

– Réfléchir à d’autres modes de spatialisation : pertinence de la 3D voir la 4D (dimension temporelle), à l’exemple de Vancouver ou Genève.

Téléchargez la contribution

Date de publication : avril 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *