Close

12 septembre 2019

Une étude sur la mobilisation des Conseils de développement pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et sociétale

La CNCD a accueilli cet été Anne-Laure Scholastique, étudiante en Master Concertation et Territoires et Transitions à Sciences Po Rennes, qui a étudié les expériences très diverses menées par un panel de 12 Conseils de développement.

A travers ces pratiques, 5 champs d’action ont été identifiés pour conduire les transitions collectivement.

  • Anticipation sociétale. Les Conseils de développement, en inscrivant leurs réflexions dans le temps long, repèrent les mutations sociétales qui interviennent dans les territoires. Ils détectent les signaux faibles et les portent à la connaissance des décideurs pour enrichir les politiques publiques.
  • Analyse territoriale. Les Conseils de développement enrichissent l’analyse produite par les services techniques et les bureaux études, en apportant une expertise d’usage des bénévoles, un croisement des regards entre acteurs très divers, le recours à des méthodologies singulières,…
  • Appropriation partagée. Les Conseils de développement apportent une contribution aux plans et programmes mis en place par les Intercommunalités, en participant aux travaux préparatoires et/ou à la mise en débat des enjeux avec les citoyens
  • Acceptation sociétale.Face à l’urgence climatique, les modes de vie sont appelés à se transformer de manière profonde, ce qui implique de sensibiliser et d’impliquer très largement les citoyens, pour aboutir à une acceptation éclairée des transformations du cadre de vie.
  • Action collective. De plus en plus de Conseils de développement s’engagent vers des rôles de facilitateur, en mettant en réseau des acteurs très divers ou d’incubateur d’idées, en favorisant l’émergence de projets citoyens.

Anne-Laure Scholastique propose quelques pistes d’action pour prolonger l’action des Conseils de développement :
– associer les Conseils de développement en amont des politiques intercommunales de transition(s)
– impliquer les Conseils de développement dans le cadre des Contrats de Transition Ecologique (CTE) ;
– développer les activités de suivi-évaluation
– valoriser les missions de catalyseur du lien social

Ce premier état des lieux permettra à la Coordination nationale de poursuivre les réflexions, et de formuler des recommandations à destination des élus des intercommunalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *