Close

10 décembre 2019

Avis sur le plan agriculture et forêt

Le Président de la Communauté de Communes du Grésivaudan a saisi le Conseil de développement fin octobre sur les projets de plans d’action triennaux agriculture, alimentation et forêt. Le délai de réponse a été contraint : l’avis a été présenté aux membres du Bureau de la Communautés de Communes le 18 novembre, comme proposé par la Président.

Partant du constat d’une grande inquiétude concernant la qualité de l’alimentation et la qualité de l’air et de l’environnement, suite aux épandages de pesticides, le Conseil de Développement a décidé de constituer un groupe de travail (GT) ouvert aux habitants de la vallée, dédié à ces problématiques. Le Conseil de développement a choisi de mettre en avant la préoccupation de la santé, alors qu’elle ne relève pas des « compétences » de la Communauté de Communes. La santé des habitants dépend à 20% environ du soin et à 80% des politiques publiques nationales et locales : ces politiques doivent donc intégrer la préoccupation de la santé de façon transversale, comme le préconise l’OMS.

Le groupe de travail sur la forêt a actualisé une note de synthèse élaborée en 2016  à l’occasion de cette saisine, dans un sens convergent avec la réflexion agriculture, en incluant davantage les questions de demande sociale, d’urgence climatique et de santé publique.

Téléchargez la contribution (2019)

Synthèse des propositions

Orientation 1 – Changer d’échelle pour mettre des produits locaux dans l’assiette

• Réserves sur la formulation « Acheminer beaucoup plus de production locale vers la grande distribution » : favoriser aussi les alternatives innovantes aux GMS, tout en accompagnant le changement de comportement des consommateurs
• Promouvoir des produits locaux qui soient aussi durables et sains grâce au soutien concomitant au développement de l’agroécologie sur le territoire
• Être vigilant sur la marque Ishere (critères de qualité, transparence du cahier des charges)
• Améliorer l’accessibilité sociale

Dans la Restauration collective
• Ambition annoncée de 80% de durable dont 50% de bio à atteindre dès 2025. Pour 2030 : 100% d’alimentation durable pour nos enfants dont 80% de bio
• Accompagner à une réelle mise en œuvre de la loi Egalim
• Accompagner aussi les communes ayant un prestataire (cahier des charges) et les communes souhaitant passer en régie directe (cuisines par bassins de services ?)

Concernant la cible famille/nouveaux parents 
• Prendre en compte l’aspect santé (vulnérabilité des « 1000 premiers jours »)
• Réfléchir sur les moyens d’accompagner au changement de comportement

Orientation 2 – Réussir la transition vers un modèle plus résilient

Ambition à 10 ans : pour le CD : 100% d’agroécologie dont le bio sur l’ensemble du territoire.
Développement de l’agriculture nourricière, avec critères de qualité : CD extrêmement favorable

Propositions :
• Outre la protection des périmètres de captage : plan prévisionnel plus large pour l’agroécologie, à une échéance de 12 ans, et par étapes de 3 ans, en cohérence avec la promotion des produits locaux, durables et sains
• Réflexion sur le label HVE et ses limites dans le cadre du PAiT.
• Importance de l’argumentation économique en faveur de l’agroécologie, et d’un accompagnement personnalisé des agriculteurs
• Articulation avec le PCAET (couvert des sols nus) et avec le plan Ecophyto (charte de bonnes pratiques pour la nuciculture, autres fermes DEPHY,….)

Orientation 3 – Préserver la terre agricole de production agricole pour répondre aux besoins des habitants

Proposition de réécriture de l’ orientation 3 : « garantir la potentialité foncière existante de manière à permettre l’évolution de la production agricole actuelle pour mieux répondre aux objectifs d’une agriculture nourricière locale, durable et saine »
Le CD est opposé à l’idée d’un sacrifice de l’espace agricole compensé par un « équivalent en valeur ajoutée ». Cette disposition, si elle doit être mise en œuvre en cas de nécessité avérée, doit être accompagnée d’un dispositif spécifique très encadré et une garantie doit être donnée d’un « équivalent en valeur agricole pérennisée »
• Le CD est très favorable au développement des PAEN
• Quelques propositions : élaborer des projets de territoires agricoles par secteurs géographiques (vallées, plateaux, balcons, ..), accompagner un dispositif de préemption prioritaire en cas de vente d’exploitation agricole et favoriser la création de foncier agricole public, avoir une réflexion globale sur les politiques d’urbanisme pour économiser le foncier

Orientation 4 – Créer des espaces d’échanges, de dialogue entre agriculteurs, élus et la population

Le CD est très favorable à tout ce qui peut favoriser une meilleure compréhension entre agriculteurs et habitants, et souhaite y apporter sa contribution

Pour aller plus loin : site internet du Conseil de développement du Grésivaudan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *